Loading
EN | FR

Dans la Grèce antique, l’olive était un symbole de paix, de fertilité, de victoire, de puissance et de purification. Les rameaux d’olivier couronnaient également les vainqueurs des Jeux Olympiques. De même, dans la mythologie grecque, Athéna, la déesse de la sagesse, fit don d’un olivier aux citoyens d’Athènes lors de la fondation de la cité.

Tout au long de l’histoire, l’huile d’olive était destinée à des usages différents. A l’époque d’Homère, l’huile d’olive était un produit cosmétique servant à enduire le corps des athlètes avant et après les jeux et à rendre hommage aux morts. Petit à petit, l’huile d’olive devient partie intégrante de l’alimentation quotidienne, notamment pendant la période de Solon où furent élaborées des lois favorisant la culture et la commercialisation de l’huile d’olive.

L’élagage adéquat joue un rôle déterminant dans la longévité et la fructification des oliviers. L’élagueur doit avoir une bonne connaissance de la physiologie des arbres afin d’éliminer uniquement une partie de l’arbre, dans le but de maintenir l’équilibre entre le système racinaire, les branches et le feuillage.

La récolte manuelle des olives directement sur les arbres est considérée comme le meilleur procédé qui évite la blessure des fruits et assure ainsi une production d’huile d’olive de haute qualité.

La cueillette des olives devraient idéalement avoir lieu jusqu’au 25 octobre alors que l’extraction de l’huile d’olive doit être effectuée le jour même, juste après la récolte.

Les olives doivent être récoltées et transportées dans des cageots et non en sacs pour éviter d’éventuelles blessures et altérations du fruit. Les cageots doivent permettre la circulation de l’air entre les olives et être stockés à l’intérieur pour une durée aussi courte que possible dans un endroit abrité et frais.


Pendant le malaxage et les étapes successives de la production oléicole, la température ne doit excéder les 27 ° C. Cette étape est ainsi appelée « pression à froid ». La pâte d’olive ne doit entrer en contact avec l’air pour éviter la perte de nombreux composants organoleptiques qui affectent l’arôme, le goût et l’odeur de l’huile d’olive.

La durée du processus de malaxage de la pâte d’huile ne doit jamais excédée les 38 minutes. Le malaxeur doit être fermé tandis que la température de la pâte d’huile doit être de 26°C afin de ne pas perdre les excellents arômes et les polyphénols précieux pour la santé, et de maintenir un taux d’acidité très bas au moyen d’un procédé naturel.

Immédiatement après l’extraction de l’huile d’olive fraîche et avant le stockage, il convient de ne pas laisser l’huile se reposer, évitant ainsi la sédimentation des particules en suspension dans le liquide. Au contraire, on procède directement à la filtration au moyen de filtres en papier pour éliminer l’humidité des particules en suspension dans l’huile d’olive susceptible d’accélérer son oxydation.

Après avoir été extraite, l’huile d’olive doit être stockée dans des cuves d’azote à basse température jusqu’à sa mise en bouteille afin de préserver ses propriétés.

L’huile d’olive doit être transportée et stockée dans des cuves en acier inoxydable et en verre sombre pour empêcher la lumière d’entrer en contact avec l’huile.

L’huile d’olive absorbe facilement les odeurs de l’environnement dans lequel elle est stockée. Il est ainsi recommandé de ne pas la stocker dans des endroits où se trouvent des produits à odeur prononcée.

L’huile d’olive doit être stockée à des températures entre 10 ° C et 17 ° C car en-dessous de cette température, l’huile se fige.

Pendant la cuisson, l’huile d’olive extra vierge est très résistante à des températures élevées, conservant ses propriétés bien plus bénéfiques pour la santé que les autres huiles de cuisson.

Selon une étude scientifique (Université d’Athènes, Département de Pharmacologie), la variété koronéiki est riche en polyphénols, notamment en oléocanthal et en oléosine, des composés aux effets anti-inflammatoires bien plus puissants que la plupart des anti-inflammatoires couramment utilisés.

L’huile d'olive extra vierge est riche en antioxydants (vitamine E et polyphénols). Elle est largement connue pour ses vertus anti-vieillissement et pour son rôle positif dans la prévention des maladies cardiovasculaires. Riche en acides gras monoinsaturés, l’huile d’olive contribue à réduire le taux de « mauvais » cholestérol, susceptible d’obstruer les vaisseaux sanguins. Grâce à ses effets bénéfiques sur la santé, l’huile d’olive est considérée comme la meilleure huile de cuisson au monde.

Les olives sont une source importante de vitamine A, de calcium, de phosphore, de fer, de magnésium et de sodium, et un snack idéal et sain pour accompagner vos plats.

La vie est belle

L’huile d’olive grecque vierge extra AOP, obtenue à partir de la variété koronéiki de Kalamata, est très appréciée dans le monde entier tant pour sa délicieuse saveur que pour ses propriétés bénéfiques, comme le démontrent de nombreuses recherches scientifiques. Une étude récente a par ailleurs mis en évidence les bienfaits de deux principaux composants de l’alimentation méditerranéenne : le pain traditionnel à la grecque et notre huile d’olive.

Selon une étude de l’Université de Glasgow, la consommation de notre huile d’olive associée à la consommation du pain traditionnel grec réduit sensiblement le risque d’infarctus. D’ailleurs, les résultats sont visibles après six semaines de consommation régulière!

De nouveaux essais cliniques ont démontré que la consommation régulière de notre huile d’olive améliore de façon impressionnante les signaux chimiques liés aux maladies coronariennes.

D’après les scientifiques de l’Université de Glasgow, il suffit de consommer 20 ml par jour de notre « or vert » (quatre cuillerées) pour profiter de ces bienfaits.

Par ailleurs, l’huile d’olive comprend des acides gras Omega-6, une sorte d’acides gras polyinsaturés aux effets bénéfiques contre certaines pathologies telles les maladies cardiovasculaires et l’arthrite. L’huile d’olive réduit également la pression artérielle et améliore le rapport entre bon et mauvais cholestérol.